Après tout ça… Je Veux Vivre

Après tout ça… Je Veux Vivre

Avoir été soignée et traitée pour guérir d’un cancer, ça change des choses considérables dans une vie. Beaucoup le disent, il y a l’avant et il y a l’après…

Avant, j’étais renfermée, je traînais un mal-être en moi, ado mal dans sa peau, pas vraiment souriante, je m’enthousiasmais peu des belles choses qui m’entouraient. Pour être franche peu de temps avant que l’on me diagnostique ce cancer , je me demandais bien qu’est ce que je faisais sur terre et je passais plus de temps à penser comment je pourrais en finir plutôt qu’à tout ce que j’allais vivre…

Je ne ressentais pas vraiment les choses avec intensité, c’est comme si j’étais coupé de mes ressentis, de mes émotions et de mon corps, j’étais là sans être là vraiment.

Puis il y a eu cette annonce… Je ne savais pas comment réagir à tout ça, ce que je me souviens le plus, c’est la peine de ceux qui m’entouraient, leurs larmes et cette sorte « d’impuissance » qui les rongeaient, j’ai compris que cela leur rappelait des moments très douloureux et surtout qu’ils avaient peur pour moi.

A ce moment là, j’entendais pourtant bien tout ce que m’on disait, mais c’est comme si tout était flou, j’écoutais les médecins, je ne prenais pas vraiment conscience de ce qui m’arrivait. Je ne peux pas dire que j’avais peur ou que j’étais triste, j’étais juste « là » telle une spectatrice de ma vie. Une des choses qui m’a le plus marquée, que je n’oublierais pas, jamais, c’est la gentillesse d’un médecin, sa bienveillance, sa douceur, son empathie et ses mots :

Sache que dans tous les cas, ce n’est pas de ta faute Mélanie, tu n’es pas responsable de tout ça, j’ai confiance en toi, je sais que tu peux y arriver, que tu en es capable.

Nous étions seul à ce moment là, uniquement lui et moi, il m’expliquait ce qu’était un cancer, plus précisément, celui qui se développait en moi, comment ça allait se passer, mais surtout il venait de prononcer cette phrase avec ces mots et je crois qu’à ce moment là, il a réveillé une étincelle de vie en moi.

Il parlait du cancer et moi j’avais l’impression qu’il me parlait de ce drame vécu pendant l’enfance, cet inceste dont j’ai été victime, je n’en avais jamais parlé, donc bien évidemment, je n’avais jamais entendu ces mots.

Mais ce jour là qu’on puisse m’adresser un tel message, m’a reconnecté à la vie…

Je n’étais pas responsable, il avait confiance en moi et il avait rajouté : « tu peux te confier à moi, si tu as vécu quelque chose de difficile »… Ce jour là, je n’avais rien dit, mais au moins j’arrivais à envisager de  peut-être pouvoir me libérer de ce fardeau, de ce que je ne comprenais pas et de ce qui était très certainement à l’origine de ce mal-être en moi…

Les différents examens ont suivis puis derrière le lot de chimiothérapie et de radiothérapie qui va avec… En soi le traitement à ce moment là était surmontable, j’étais uniquement absente 2 jours toutes les 3 semaines du lycée, le jeudi et vendredi pour aller à l’hôpital, le week-end pour me remettre et c’était reparti.

Je me rappelle d’ailleurs être passée en terminale sans trop de difficultés, j’avais retrouvé une forme de détermination et d’envie, j’avais envie de me battre et j’avais pris conscience que j’étais importante et aimée… C’est dur de se dire qu’il faut vivre un tel événement pour retrouver goût à la vie et pourtant ce fut le cas pour moi…

J’ai vécu cette année comme un shoot d’adrénaline pour me ramener au monde, à mon corps et à ma vie.

J’ai pris conscience de la beauté qui m’entourait, mon traitement s’est bien passé, j’étais très bien entourée, famille, amis, corps médical, c’était une vraie force, je ne me sentais plus seule, j’étais guérie…

Pour autant, je n’avais pas vraiment reconnectée avec mes émotions et j’avais bien vite oublié, ce mal-être qui me hantait quelque mois en arrière, je m’étais persuadée que si moi la petite Mélanie, j’avais pu affronter un cancer, ça faisait de moi une guerrière et que je pouvais tout traverser, sans flancher, que j’étais forte, que tout était beau, qu’il n’y avait pas de place pour les « pleurnicheries »… Je me croyais vivante, j’étais juste bornée et enfermée dans une illusion qui me coupait complètement de mes ressentis, de mes émotions, de mon cœur, de mon âme et de celle que j’étais véritablement, complètement.

Ce n’est que lorsque j’ai rechuter 2 ans plus tard, que la colère s’est alors emparée de moi, je m’en souviens très bien, j’étais folle de rage, je ne voulais pas, je ne comprenais pas, je refusais d’entendre et encore moins d’accepter ce qui était entrain de se passer.

Et puis un soir, l’alcool aidant je me suis effondrée dans les bras d’un ami, j’ai pleuré comme je n’avais jamais pleuré.  J’étais anéantie et pour la première fois depuis bien longtemps je me reconnectais à quelque chose qui m’étais devenu étranger, que j’avais l’impression de découvrir et qui pourtant était là depuis tellement d’années et ne demandait qu’à être entendu, libéré, accueilli… L’injustice, le désespoir, la tristesse et la profondeur qu’implique toutes ces émotions.

Je ressentais vraiment tout mon corps, toute mon âme et tout mon cœur, là où un homme, 12 ans plut tôt, m’avait retiré cela en commettant l’impensable. Là ou mon cerveau pour sauver ma vie à tout fait disjoncter pour me protéger de ce stress intense et de l’immensité du traumatisme, me rendant alors pendant toutes ces années plus que spectatrice de ma vie. Là où j’avais comme quitté mon corps et que je m’étais dénuée de toutes émotions… pour SURVIVRE à ce qui venait d’arriver…

Et bien cette nuit là, c’est dans les bras d’un jeune homme, ceux de mon ami, que de telles larmes ont jaillies, qu’elles ont été entendues et acceptées avec tellement de douceur et de bienveillance…

J’étais profondément triste, anéantie, désespérée et pour la première fois, je l’exprimais, je le ressentais de tout mon cœur et de toute mon âme…

L’image de l’homme en avait pris un sale coup dans ma vie, c’était pour moi celui qui trahi, humilie, abandonne… Et paradoxalement j’ai souvent recherché leur présence, j’ai toujours préféré avoir des amis garçons , je crois que je cherchais un réconfort que seul un homme pouvait m’apporter car le mal était parti de là… Dieu merci, j’ai trouvé sur mon chemin des êtres fabuleux qui ont pris soin de moi avec tellement de respect et d’attention que je ne peux être que reconnaissante pour cela…

Les séjours à l’hôpital qui ont suivi n’avaient rien avoir avec les précédents, là c’était l’enfer, vraiment, je t’en parle plus en détail ici . J’ai plongé dans les profondeurs de mon âme, l’obscurité, la souffrance, l’enfermement, l’impuissance, les mauvaises nouvelles, j’ai vraiment explorer ainsi tout ce que mon corps pouvait endurer, ressentir la privation, le manque, la dépendance, le mal-être, la douleur et c’est précisément tout cela qui m’a sauvé…

J’ai plongé au plein cœur des abysses pour mieux renaître à la vie, si je n’y étais jamais allé, si je n’avais jamais rencontré cette partie noire, sombre de mon être, je n’aurais jamais renouée avec la lumière.

Et désormais je veux vivre, oui pleinement, pas qu’à moité et encore moins être spectatrice de ma vie. La vie a un sens beaucoup plus profond qu’auparavant. Ce cancer m’a guéri et sauvé. Parfois on pourrait se dire la pauvre fille, double peine, victime d’inceste puis malade du cancer, 2 fois… Mais c’est précisément cela qui m’a sauvé, réanimé d’une mort lente… Je mourrais à petit feu.

Je mourrais à petit feu car j’étais coupée de mes ressentis, de mes émotions, de mon corps, ce fut nécessaire le temps d’un moment mais il a fallu un nouveau choc pour me reconnecter à moi-même, aux autres, à la vie, la nature, mon environnement. Il m’a fallu accueillir le désespoir, la tristesse, l’injustice, la colère…

Et encore, ce moment là n’était qu’un pas en avant vers ma libération, libération qui n’aurait pu avoir lieu sans tout cela. La souffrance est parfois salutaire et initiatrice de quelque chose que nous ne soupçonnions même pas…

C’est pourquoi aujourd’hui et dans ma vie , je met un point d’honneur à accueillir, ressentir chaque chose et chaque émotion. Elles ne sont pas là pour rien. On me qualifie parfois de susceptible, caractérielle et j’ai eu pendant longtemps envie de changer cette partie de moi, mais c’est ce que je suis, je ressens véritablement tout et je ne veux pas qu’il en soit autrement.

Je veux vivre, vraiment , véritablement, pas à moitié. Je ne m’accommoderais pas d’une vie en demie-teinte, je veux être libre, je ne supporte pas l’autorité car je suis le seul maître de ma vie. Je ne me vois plus comme une guerrière, je ne veux plus me battre, ni même être forte ou fermer les yeux sur la douleur…

JE VEUX VIVRE simplement de tout mon être de toute mon âme. M’engager pour les choses qui me tiennent à cœur, oui,  mais aussi prendre soin de moi quand il le faut, accueillir chaque émotions dans toutes les parcelles de mon corps, de mon âme et ne pas avoir à m’excuser pour ça. Etre reconnaissante pour cette vie et pour toute forme de vie qui m’entoure. Je suis très sensible, mais qu’importe…

J’ai fais la promesse à une petite fille de la retrouver, de prendre soin d’elle, de voir son sourire illuminer son visage quand elle est vraiment heureuse et lui permettre de pleurer quand elle en a besoin.

Je lui ai promis de ne jamais plus m’éloigner d’elle, de faire rentrer la joie dans nos vies, l’amour et des bases solides auxquelles elle pourra se rattacher, une force en elle, qu’elle n’aura plus besoin de chercher à l’extérieur. J’ai fait cette promesse à cette enfant, à moi-même, à celle que j’étais.

Je te promets de vivre et d’aimer avec tout ce que cela comporte, sans plus jamais te mentir, te rabaisser, t’oublier, te faire taire ou te demander d’être forte. Je te fais la promesse d’écouter mon cœur, de suivre mon intuition, de prendre soin de moi et d’inviter la joie dans nos vies.

Pour toi, ma petite Mélanie, ensemble on va vivre, plus que jamais ♡

 

On se retrouve par ici afin d’écouter notre cœur et suivre notre intuition ensemble ♡ ?

This error message is only visible to WordPress admins

Error: Access Token for melanie_elle_meme is not valid or has expired. Feed will not update.

There's an issue with the Instagram Access Token that you are using. Please obtain a new Access Token on the plugin's Settings page.
If you continue to have an issue with your Access Token then please see this FAQ for more information.

Error: No posts found.

Make sure this account has posts available on instagram.com.

Error: admin-ajax.php test was not successful. Some features may not be available.

Please visit this page to troubleshoot.

This message is only visible to admins.

Problem displaying Facebook posts.
Click to show error

Error: Error validating access token: Sessions for the user are not allowed because the user is not a confirmed user.
Type: OAuthException
Subcode: 464
Solution: See here for how to solve this error


Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *